Le plaisir des Mots, Les Mots qui font plaisir
 
AccueilPortailMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrierRechercherFAQ

Partagez | 
 

 "Nous ne sommes pas le troupeau..."

Aller en bas 
AuteurMessage
Calypso Poets
Admin
Admin
avatar

Féminin Coq
Messages : 183
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 48

MessageSujet: "Nous ne sommes pas le troupeau..."   Jeu 30 Aoû - 8:52

Parce qu'au XIXe siècle la société est homophobe sans l'avoir verbalisé, Paul Verlaine dans Nous ne sommes pas le troupeau magnifie l'homosexualité et son art de vivre qui va à l'encontre de la morale bourgeoise sculptée dans l'hypocrisie et le mensonge. Le deuxième quatrain :

Amants qui seraient des amis,
Nuls serments et toujours fidèles,
Tout donné sans rien de promis,
Tels nous, et nos morales telles.

est proche du fragment sapphique :

"Envers vous, ô mes belles,
ma pensée ne changera jamais."

qui exprime la fidélité à l'Amour dans la multiplicité des belles relations amoureuses. Le serment d'amour se livre à l'Amour lui-même. L'amour des corps se métamorphose en amour des esprits : l'amour homosexuel verlainien est amour de l'amitié socratique. Le dernier vers est un confraternel clin d'œil aux Amies et sœurs gomorrhéennes avant l'arrivée des bûchers de Sodome et la répression de la sodomie.

Nous ne sommes pas le troupeau :
C’est pourquoi bien loin des bergères
Nous divertissons notre peau
Sans plus de phrases mensongères.

Amants qui seraient des amis,
Nuls serments et toujours fidèles,
Tout donné sans rien de promis,
Tels nous, et nos morales telles.

Nous comptons d’illustres aïeux
Parmi les princes et les sages,
Les héros et les demi-dieux
De tous les temps et de tous les âges.

En ses jours de gloire et de deuil
La Gloire honorait notre grâce ;
Notre force était son orgueil
Et le rire fier de sa face.

Rome aussi nous comblait d’égards !
Nous éclatâmes dans ses thermes ;
Les poètes de toutes parts
Nous célébrèrent en quels termes !

Chez les modernes nous avons
Les Frédéric et les Shakspeare.
Nos phalanges en rangs profonds
Allaient nous conquérir l’Empire

Du monde en de très vieux Olim (1)
Quand, tueurs de femmes et d’hommes,
Les jaloux, ces durs d’Élohim,
Se ruèrent sur nos Sodomes…

Sus aux Gomorrhes d’à côté !
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(1) Les Olim est le nom donné aux anciens registres du Parlement de Paris au XIIIe siècle. Au sens figuré ou familier, ce sont "des vieilleries".

_________________
« Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. » (Benjamin Frankin)l
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-mots-des-maux.forumbelge.com
 
"Nous ne sommes pas le troupeau..."
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Toto, j'ai l'impression que nous ne sommes plus au Kansas."
» Nous ne sommes qu'ombre et poussière de Lyndsay Faye
» Nous ne sommes pas trop nombreux !!
» Nous ne serons jamais des héros de Jouvray et F/G Salsedo
» Ne vivrions-nous pas dans une fausse démocratie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Des Maux :: Poème Saphique :: Poème Saphique-
Sauter vers: