Le plaisir des Mots, Les Mots qui font plaisir
 
AccueilPortailMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrierRechercherFAQ

Partagez | 
 

 PHASE PLATEAU SAPHIQUE VERLAINIEN -LES AMIES

Aller en bas 
AuteurMessage
Calypso Poets
Admin
Admin
avatar

Féminin Coq
Messages : 183
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 48

MessageSujet: PHASE PLATEAU SAPHIQUE VERLAINIEN -LES AMIES   Jeu 30 Aoû - 8:54

RECUEIL INCLUS

DANS "PARALLELEMENT" PUIS DANS "ŒUVRE LIBRES"

La plaquette Les Amies, suite de six poèmes lesbiens, fut publiée par Pablo-Maria de Herlanes, pseudonyme de Paul Verlaine âgée de 23 ans, grâce au poète François Coppée en décembre 1867 par Poulet-Malassis, l'éditeur de Baudelaire. Tirées à 50 exemplaires, les plaquettes furent saisies à la frontière et condamnées à la destruction par un jugement du Tribunal Correctionnel de Lille rendu le 6 mai 1868 (!). Ainsi Les Amies de Verlaine eurent un destin éditorial et judiciaire comparable aux pièces condamnées de Baudelaire dont Lesbos. Néanmoins, à l'abri de toute censure, Les Amies furent à nouveau publiées en Octobre 1884 dans la Revue Indépendante et intégrées au premier plan du recueil verlainien Parallèlement (1889 et 1894).

Les Amies (1867) furent illustrées par Louis Berthommé Saint André (1905-1977) en 1940 et par Paul-Emile Bécat (1885-1960) en 1948 dans le livre posthume Œuvres libres composé de trois recueils, à l'origine, indépendants : Les Amies (1867), Femmes (1891) et Hombres (recueil posthume, 1903). Ces deux peintres ont choisi d'illustrer les mêmes sonnets Pensionnaires, Printemps, Eté. Il est à noter que ces illustrateurs n'échappent pas aux conventions picturales de leur époque. Le saphisme convoque l'imagination artistique car il tend à l'excitation du peintre et de ses admirateurs tandis que l'homosexualité masculine est artistiquement occultée car sujette à l'opprobre, à l'auto-censure ou à la rage homophobe de la majorité, artistes et lecteurs.
I
SUR LE BALCON

Toutes deux regardaient s'enfuir les hirondelles :
L'une pâle aux cheveux de jais, et l'autre blonde
Et rose, et leurs peignoirs légers de vieille blonde
Vaguement serpentaient, nuages, autour d'elles.

Et toutes deux, avec des langueurs d'asphodèles,
Tandis qu'au ciel montait la lune molle et ronde,
Savouraient à longs traits l'émotion profonde
Du soir et le bonheur triste des cœurs fidèles.

Telles, leurs bras pressant, moites, leurs tailles souples,
Couple étrange qui prend pitié des autres couples,
Telles, sur le balcon, rêvaient les jeunes femmes.

Derrière elles, au fond du retrait riche et sombre,
Emphatique comme un trône de mélodrames
Et plein d'odeurs, le Lit, défait, s'ouvrait dans l'ombre.



Berthommé Saint André (1940)



II
PENSIONNAIRES

L'une avait quinze ans, l'autre en avait seize ;
Toutes deux dormaient dans la même chambre.
C'était par un soir très lourd de septembre :
Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.

Chacune a quitté, pour se mettre à l'aise,
Sa fine chemise au frais parfum d'ambre.
La plus jeune étend les bras, et se cambre,
Et sa sœur, les mains sur ses seins, la baise,

Puis tombe à genoux, puis devient farouche
Et tumultueuse et folle, et sa bouche
Plonge sous l'or blond, dans les ombres grises ;

Et l'enfant, pendant ce temps-là, recense
Sur ses doigts mignons des valses promises,
Et, rose, sourit avec innocence.




Les Pensionnaires de Paul Verlaine

sont illustrées par Paul-Emile Bécat (Oeuvres libres, 1948)




III
PER AMICA SILENTIA

Les longs rideaux de blanche mousseline
Que la lueur pâle de la veilleuse
Fait fluer comme une vague opaline
Dans l'ombre mollement mystérieuse,

Les grands rideaux du grand lit d'Adeline
Ont entendu, Claire, ta voix rieuse,
Ta douce voix argentine et câline
Q'une autre voix enlace, furieuse.

" Aimons, aimons ! " disaient vos voix mêlées,
Claire, Adeline, adorables victimes
Du noble vœu de vos âmes sublimes.

Aimez, aimez ! ô chères Esseulées,
Puisqu'en ces jours de malheur, vous encore,
Le glorieux Stigmate vous décore.





Louis Berthommé Saint André (1940)



IV
PRINTEMPS

Tendre la jeune femme rousse,
Que tant d'innocence émoustille,
Dit à la blonde jeune fille
Ces mots, tout bas, d'une voix douce :

"Sève qui monte et fleur qui pousse,
Ton enfance est une charmille :
Laisse errer mes doigts dans la mousse
Où le bouton de rose brille,

"Laisse-moi, parmi l'herbe claire,
Boire les gouttes de rosée
Dont la fleur tendre est arrosée, -

"Afin que le plaisir, ma chère,
Illumine ton front candide
Comme l'aube l'azur timide."

Paul Emile Bécat illustre "Eté"





V
ETE

Et l'enfant répondit, pâmée
Sous la fourmillante caresse
De sa pantelante maîtresse :
Je me meurs, ô ma bien-aimée !

" Je me meurs ; ta gorge enflammée
Et lourde me soûle et m'oppresse ;
Ta forte chair d'où sort l'ivresse
Est étrangement parfumée ;

" Elle a, ta chair, le charme sombre
Des maturités estivales, -
Elle en a l'ambre, elle en a l'ombre ;

" Ta voix tonne dans les rafales,
Et ta chevelure sanglante
Fuit brusquement dans la nuit lente."




VI
SAPPHO

Furieuse, les yeux caves et les seins roides,
Sappho, que la langueur de son désir irrite,
Comme une louve court le long des grèves froides,

Elle songe à Phaon, oublieuse du Rite,
Et, voyant à ce point ses larmes dédaignées,
Arrache ses cheveux immenses par poignées ;

Puis elle évoque, en des remords sans accalmies,
Ces temps où rayonnait, pure, la jeune gloire
De ses amours chantés en vers que la mémoire
De l'âme va redire aux vierges endormies :

Et voilà qu'elle abat ses paupières blêmies
Et saute dans la mer où l'appelle la Moire, -
Tandis qu'au ciel éclate, incendiant l'eau noire,
La pâle Séléné qui venge les Amies.

_________________
« Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. » (Benjamin Frankin)l
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-mots-des-maux.forumbelge.com
 
PHASE PLATEAU SAPHIQUE VERLAINIEN -LES AMIES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 11UA 1936 plateau
» Plateau tournant
» des infos sur cette phase de lune raketa (en particulier sur le mouvement que l'on voit très mal) ?
» Plateau 7Gipsies
» Unic Isoard plateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Des Maux :: Poème Saphique :: Poème Saphique-
Sauter vers: